Lu diftòngs e triftòngs (Les diphtongues et triphtongues)

En occitan nissart, quand plusieurs voyelles se suivent, toutes se prononcent, contrairement au français où une succession de plusieurs voyelles peut ne former qu’un seul son. Ainsi, à titre d’exemple, AI, prononcé [è] en français, se prononce [aï] en nissart.

Une succession de deux voyelles prononcées est appelée une diphtongue. Et trois voyelles prononcées une triphtongue.

Dans la plupart des diphtongues et triphtongues, les voyelles I et U sont placées en dernière position et se prononcent comme des semi-consonnes [y] et [w].

Certaines diphtongues sont dites fortes, c’est-à-dire accentuées sur la 1ère syllabe:

DIFTÒNG FÒRTPRONONCIACIONEXEMPLE
ai[aï] comme ail, détailcaire [‘kaïré]
ei[éï] comme veillerdei [‘déï]
èi[èï] comme veillePèire [‘Pèïré]
oi[ouï] comme houilledoi [‘douï]
òi[oï] comme l’anglais boyeròi [é’roï]
au[aw] comme l’allemand aufmau [‘maw]
eu[éw]soleu [sou’léw]
èu[èw]bèu [‘bèw]
iu[iw]viu [‘viw]
ou[ouw]outra [‘ouwtra]
òu[ow] comme l’anglais howpòu [‘pow]
uu[uw]muu [‘muw]

D’autres diphtongues sont dites faibles, c’est-à-dire accentuées sur la 2ème syllabe:

DIFTÒNG DEBLESPRONONCIACIONEXEMPLE
oa[wa] ou [wo]poart [‘pwort]
ia[ya]viatge [‘vyadjé]
ie[ye]promier [prou’myé]
[yè]r [‘yèr]
[yo]fla [‘fyola]
ue[µeu]fuec [‘fµeuk]

Les diphtongues fortes, combinées avec une semi-consonne, forment des triphtongues

TRIFTÒNGSPRONONCIACIONEXEMPLE
iau[yaw]diau [‘dyaw]
iáu[yéw] ou [you]siáu [‘syéw], [‘syou]
ièi[yèï]sièis [‘syèï]
ieu[yéw] ou [you]sieu [‘syew], [‘syou]
iòu[yow]faiòu [fa’yow]
oai[waï]goai [‘gwaï]
oei[wéï]voei [‘vouéï]
uei[µeuï]encuei [éŋ’kµeuï]
uau[yaw]suau [‘syaw]